Jonathan Loriaux

Interview de Jonathan Loriaux
du blog Badsender

Badsender vous propose de découvrir l'actualité de l'emailing à travers des articles et interviews des acteurs du secteur. Badsender c'est également une offre de conseil afin de vous accompagner dans votre stratégie d'email-marketing. Aujourd'hui c'est nous qui avons décidé d'interviewer Jonathan Loriaux sur notre blog.

Bonjour Jonathan et merci d'avoir accepté notre invitation pour cette interview.

Peux-tu nous expliquer ton parcours et comment tu es arrivé dans l'emailing ?

Ma carrière a débuté dans une toute petite agence web située à Bruxelles. J'y ai appris beaucoup, l'entreprise n'était pas en très bonne santé, ce qui m'a permis de faire un peu de tout, du développement, du commercial... mais aussi de l'accueil d'huissier... c'était la fin !

J'ai ensuite eu l'occasion de travailler pour Raileurope et son site TGV.com. Raileurope est une filiale de la SNCF qui s'occupe de la commercialisation des produits de l'entreprise en dehors de la France. Ce fut ma première expérience sérieuse avec l'email marketing. J'étais en charge des newsletters et des emails de promotion pour six pays européens. Un peu moins d'un an après mes débuts chez Raileurope, la SNCF a décidé de réintégrer l'activité de TGV.com au sein de Voyages-sncf.com et donc de délocaliser mon service de Bruxelles à Paris.

C'est alors que j'ai décidé de m'installer comme indépendant, et mon premier client fut... Voyages-sncf.com, toujours pour la gestion de ses emailings hors France. Mais c'était en 2008, la conjoncture n'était pas exceptionnelle et je n'ai pas pû refuser une offre de WDM Belgium (qui vient de changer de nom pour devenir Bisnode Belgium).

Chez WDM, j'ai eu l'occasion d'intégrer une entreprise très active en Emailing, que ce soit en prospection ou en fidélisation. J'ai passé plus de trois ans dans l'équipe de production de campagnes email. C'est là que j'ai acquis la plupart de mes compétences techniques, délivrabilité, gestion de scénarios complexes, bases de données, …

J'ai rapidement été amené à collaborer avec le service commercial afin d'accompagner ceux-ci dans leurs réflexions avec les clients. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai changé de poste et que je suis devenu « Expert », avec la responsabilité d'accompagner les clients dans leurs réflexions stratégiques autour de l'emailing. Juste avant de quitter Bisnode, j'ai aussi fait un passage dans le service marketing en tant que gestionnaire de produit avec évidemment l'emailing pour sujet principal.

Dans quelles circonstances et pourquoi avoir créé Badsender ?

Badsender n'a pas toujours porté ce nom. Certains s'en souviennent peut-être, mais le site s'appelait Kunfluo à ses débuts. Lorsque j'ai rejoint WDM, j'ai décidé de changer l'orientation de Kunfluo pour en faire un blog traitant exclusivement d'emailing. Comme personne n'arrivait à retenir le nom du site, j'ai décidé de le renommer Badsender. Ce nom fait suite à des articles que j'avais l'habitude d'écrire à propos des mauvaises pratiques en emailing.

Depuis quand existe Badsender ?

Le blog traitant d'emailing existe depuis plus de quatre ans. Par contre, l'activité de conseil que j'ai développé autour du site est assez récente puisque j'ai décidé de quitter Bisnode pour me lancer il y a seulement six mois.

Quelle est la philosophie de Badsender et quelle(s) vision(s) du secteur de l’emailing souhaites-tu transmettre ?

Aujourd'hui, et depuis plusieurs années, le monde du marketing en ligne est en constante ébullition ! Que ce soit les réseaux sociaux, le real-time biding, le big data, les usages mobiles, … Tout évolue sans cesse. Ces évolutions et le buzz qui les accompagnent ont peu à peu éclipsé l'emailing du devant de la scène.

Lorsqu'on demande aux entreprises qui exploitent l'emailing, et principalement les e-commerçants ce que représente l'emailing dans leur chiffre d'affaire... ils ne savent pas quoi répondre, ils ne mesurent (presque) rien. Mais ils sont tous d'accord pour dire que l'emailing reste un canal majeur, surtout en matière de fidélisation.

L'objectif de Badsender, c'est de mettre le doigt sur cette incohérence, l'emailing est important, mais c'est la dernière roue du carrosse. Personne ne pense à investir dans ce canal, alors que bien souvent il ne faut pas grand chose pour l'optimiser de manière radicale.

Pourquoi le nom de Badsender et cette petite fleur en logo ?

Badsender, parce que pour un blog, ça donne plein d'idées d'articles ;-) Mais c'est un nom agressif, il fallait quelque chose pour arrondir les angles et pour souligner le clin d'oeil. C'est le rôle de la marguerite.

Choisir Badsender comme nom, c'est aussi un moyen de passer un message et de ne pas se prendre (trop) au sérieux. Il est possible de parler de sujets importants (tout est relatif) sur le ton de la dérision. C'est ça aussi Badsender.

Que penses-tu du marché de l’emailing en France ? Et quelles en seront les évolutions à venir d’après toi ?

Saturé ! En tout cas, concernant l'offre de routage, j'ai beaucoup de mal à comprendre les nombreuses entreprises qui se lancent chaque année. Il y a quelques mois, j'ai essayé de faire un inventaire des solutions emailing (une partie est d'ailleurs présente dans l'annuaire des prestataires emailing) et j'en ai compté plus de 50... rien qu'en France !

Si vous posez la question à ces plateformes : « Qu'est-ce qui vous différencie de vos concurrents ? ». Les réponses sont rarement satisfaisantes.

Je pense que la principale évolution du marché, c'est la professionnalisation. Jusqu'à présent, l'emailing est le dernier des canaux dans les réflexions stratégiques. Mais c'est en train de changer, peu à peu, l'emailing de fidélisation reprend sa place dans le mix marketing. On discute évolution, optimisation, on parle plus de programmes et moins d'actions, d'automatisation, … Par exemple, de plus en plus d'annonceurs remettent en cause la solution de routage qu'ils utilisent. Les solutions « maison » sont remplacées par des plateformes emailing professionnelles et les annonceurs utilisant certaines « machines de guerre » reviennent à des solutions plus adaptées à leurs besoins réels.

As-tu prévu des évolutions pour Badsender dans les mois à venir ? ou des envies, idées futures… ?

Les idées ne manquent pas, pour ce qui est du temps, c'est autre chose.

Il faut séparer deux choses, le blog, qui attire toujours plus de monde et pour lequel les idées sont là. Par exemple, cet été, on m'a suggéré de créer un système de question réponse autour de l'emailing. Une sorte de Quora ou de Yahoo ! Answers. Mais si c'est installé, il faut encore faire la traduction de l'outil, un peu de design, … je ne sais pas très bien quand j'aurai le temps de finaliser cette fonctionnalité.

D'autre part, il y a l'offre de conseil en emailing. Là, les projets sont plus concrets. Je suis en train de finaliser un package d'optimisation, une sorte de diagnostic de vos newsletters, à l'image du « Badsender de la semaine » que je publie régulièrement sur mon blog, mais en plus exhaustif. Je propose aussi depuis peu un accompagnement dans le choix d'une plateforme emailing, avec un inventaire de l'utilisation de l'email par l'annonceur, la rédaction du cahier des charges et la sélection d'une shortlist des solutions de routage.

Pour revenir au blog, j'aimerais ouvrir ses lignes au plus grand monde en accueillant plus régulièrement des contributeurs externes. Mais ce n'est pas aussi simple, les personnes qui ont les choses les plus intéressantes à dire sont aussi celles qui ont le moins de temps.

Nous te laissons le petit mot de la fin pour conclure.

Tout d'abord, merci beaucoup de m'avoir accueilli pour cette interview. L'emailing a besoin de continuer à se professionnaliser et l'ouverture de votre blog y participe.

Je vais conclure par un appel à tous les professionnels de l'emailing. Montrez-vous ! Faites entendre votre voix ! L'emailing n'est pas ce médium austère que certains prétendent. Le big data, les usages en situation de mobilité, la délivrabilité, … sont tous des sujets passionnants.

Mais le plus important reste le consommateur. Est-ce qu'il a envie de recevoir vos messages ? S'il devait y avoir une question centrale lors de toute réflexion concernant l'emailing, cela doit être celle-là. N'hésitez pas à prendre un peu de recul et à vous poser cette question.

A lire également

Interview de MailingReport sur Badsender.
Interview de MailingReport au Symfony Live 2013.